Harlem - Hippies

15/10/2010, par Florine | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

HARLEM - Hippies
(Matador / Beggars) [site] - acheter ce disque

HARLEM - HippiesIl n'est pas évident de s'y retrouver entre tous ces groupes au son lo-fi, à l'instar de The Strange Boys ou Crocodiles, dont l'album sorti récemment sent le vieux et le houblon. Ajoutez désormais à cette liste le groupe Harlem.

Le trio vient de sortir son deuxième opus, "Hippies", chez Matador Records, après un discret premier disque, "Free Drugs", chez Female Fantasy. Loin de nous l'idée de nous inquiéter à la lecture de ce titre d'album quand on sait que le groupe est autant new-yorkais que Architecture in Helsinki est suédois. Non, rassurez-vous, avec "Hippies", les trois gaillards, qui sont en réalité d'Austin, ne nous invitent pas à porter des fleurs dans nos cheveux ou à prôner l'amour libre, mais plutôt à aller brailler dans le bas-fond d'une salle poussiéreuse notre amour pour le rock crasseux, à bouger comme si l'on était la victime d'une violente crise de delirium tremens et à lever notre verre en l'honneur de Roxy Erickson et Black Francis.

Avec "Hippies", les trois Texans dégainent seize chansons à la désinvolture blacklipsienne plus vite que leur ombre et l'affaire est expédiée en une quarantaine de minutes. Harlem livre ainsi un album spontané, entre garage, punk et pop qui semble remplir parfaitement le cahier des charges du disque insolent et réjouissant. Il contient, en effet, son lot de chansons simples, mélodiques, beuglées sans aucune préoccupation esthétique et recouvertes par son écran brumeux et crasseux. Certes, la recette batterie/guitare/basse est basique mais semble toujours efficace puisque certains titres comme "Someday Soon", "Gay Human Bones", "Torture Me" ou "Pissed" n'en demeurent pas moins jubilatoires. Les compositions de Harlem semblent avoir été recyclées à partir de formules maintes fois entendues et usées jusqu'au manche, mais sont jouées avec une ferveur qui confère au groupe une crédibilité invraisemblable.

Finalement, on se demande comment de tels garnements peuvent être pris au sérieux, mais le fait est là. Le groupe Harlem réussit à tracer sa route en réunissant, en une agréable bacchanale, une série de portraits où se croisent, entre autres, les Pixies, The Beach Boys ou The Vagrants. Le trio d'Austin n'a sûrement rien inventé au rock'n'roll, mais il sait au moins le faire parler.

Florine Quesnel

acheter ce disque


Someday Soon
Friendly Ghost
Spray Paint
Number One
Be Your Baby
Gay Human Bones
Torture Me
Cloud Pleaser
Faces
Tila and I
Three Legged Dog
Prairie My Heart
Scare You
Stripper Sunset
Pissed
Poolside


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals