Juveniles, Sarah W_Papsun - Paris, Le Point Éphémère, 17 mars 2012

20/03/2012, par Guillaume Sautereau | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Je suis très malade, les amis. 17 mars, 77ème jour de l'année, et la triple affiche de ce soir au Point Éphémère est mon premier concert de l'année. Je vieillis, c'est indéniable. Alors que penser des ces petits groupes de jeunes qui brandissent haut et fort leur âge, jusque dans leur patronyme ? Réponse plus bas.

Sarah W_ Papsun

Triple affiche, disais-je puisque la soirée - complète, archi-complète - regroupe Total Warr - que j'ai total manqué - Sarah W_ Papsun et les fringants Juveniles.
De Sarah W_ Papsun, je ne conservais que le souvenir de l'anecdote qui leur a donné ce nom trompeur (celui de leur correspondante américaine, si je ne m'abuse). Cela pourrait être une chanteuse folk, mais non, ce sont six garçons furieux, et pas du tout du folk, plutôt un math funk/post punk, comme du Foals sous double ration d'amphétamines, enchaînant les morceaux gigognes et les refrains en mode chorale sans temps mort. Intense, et suffisamment bref pour qu'on ne se fatigue pas trop de l'exercice, que le coup de trique salvateur asséné par miss Papsun ne s'étiole du fait d'une complexité outrancière et stérile à la longue.
JS (Juveniles)
A contrario, le mot qui vient à l'écoute du set des trois Rennais de Juveniles, c'est "facile". Ils sont faciles, ces garçons, ils enchaînent les morceaux électro-pop connotés 80's comme à la parade, et grillent d'emblée leur plus belle cartouche sur le papier, l'imparable "We Are Young" que n'importe quel groupe n'ayant pas d'album sous le coude, garderait précautionneusement pour la fin de concert. Faciles, naturellement faciles, les Juveniles déroulent un répertoire tout neuf mais qui paraît étonnamment rodé, sophistiqué sans être casse-bonbon, se jouant de l'étiquette facile du revival eighties, avec la voix très classe de Jean-Sylvain - avec la moustache, l'autre point commun du chanteur avec George Lewis Jr de Twin Shadow ? Faut-il encore parler de promesse ? Je vous le demande. L'album à sortir chez AZ, chez qui le groupe vient de signer sera attendu de pied ferme. En tout cas, d'ores et déjà mon concert de l'année. Pour l'instant.

Merci à Jiess sans qui j'aurais été réduit à faire la manche au bord du Canal Saint-Martin pour m'occuper ce samedi soir.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals