Kill The Young - Proud Sponsors of Boredom

06/12/2007, par Catherine Guesde | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

(Discograph) [site

KILL THE YOUNG - Proud Sponsors Of Boredom2007 aura vu l'arrivée des toujours difficiles seconds albums, ceux de la maturité comme le veut l'expression consacrée, pour toute la nouvelle scène anglaise. Certains s'en sont plus ou moins bien tirés. Mais combien de Bloc Party, Kaiser Chiefs, pire encore de Rakes, pour un Arctic Monkeys ? Après un premier album éponyme, bien mieux vendu en France qu'en Angleterre, les trois frangins de Kill the Young remettent le couvert avec Proud sponsors of boredom. Originaires de Manchester, on pense aux Buzzcocks, Smiths, Oasis... A tort. Car le trio lorgne plus de l'autre côté de l'Atlantique, Nirvana, Smashing Pumpkins en tête, et n'a pour point commun avec leur ville que le football. Des souvenirs d'adolescents pour beaucoup.
Et c'est ce qu'évoque Kill The Young. La rébellion adolescente. Comment aurait il pu en être autrement avec ce nom ô combien provocant ? Ce n'est donc pas un disque anglais qu'on a entre les mains avec "Proud Sponsors of Boredom", mais américain. Et en plus, c'est Dimitri Tikovoï le producteur... (l'horrible Trash Palace, "Meds" de Placebo... quelqu'un les écoute encore d'ailleurs ?). Tout ça étant dit, on a un peu peur une fois le disque lancé. Une mignonne ballade au piano pour ouverture, "All by Myself", en deux parties. Ensuite place au rock, pompier à souhait... qui doit ravir les téléspectateurs de M6 music rock et les fans de Franz Ferdinand. Et en plein milieu du disque, le trio a encore le culot de placer une ballade, "The Television Show", dont le but inavoué est sûrement ce que l'on redoutait le plus : l'endormissement. "Skin & Bones" nous réveille et à ce moment on regrette juste de ne pas avoir le sommeil assez lourd, les titres s'enchaînant ensuite sans grande surprise. L'album se termine avec la seconde partie d'"All By Myself", qui avec ses 23 minutes confirme le titre de l'album. Un larsen de 15 minutes plus tard, c'est le grand moment de la piste cachée. Une mièvre ballade, ni plus ni moins. Pas grand-chose à dire de ce disque, on l'a déjà entendu des milliers de fois malheureusement. Un groupe jeune et rebelle, qui ne respecte rien pas même ses auditeurs ! Je crois qu'on tient là le cadeau idéal pour votre petit frère, s'il a moins de 14 ans. Hey, c'est bientôt les fêtes !

Stéphane G.



All by Myself (Part 1)
Saturday Soldiers
She's Got it All
We Are the Birds...
Biting the Bullet
Miss-Education
The Television Show
Skin & Bones
Dial 'S' for Saviour
Travesty
Nothing Left to Write
When the Sun Dies
All by Myself (Part 2)

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals