Les Claypool - Of Fungi and Foe

25/08/2009, par David Vertessen | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

LES CLAYPOOL - Of Fungi And Foe
(Prawn Song Records) [site] - acheter ce disque

LES CLAYPOOL - Of Fungi And FoeVoici un disque qui bouscule les sens : tout d'abord, celui de la vue, qui, avec ce packaging de toute beauté (signé Travis Louie), a de quoi être comblé ; ensuite, celui du toucher, pour le moins stimulé, bien sûr, au contact des cannelures qui parcourent la pochette cartonnée, mais surtout à l'écoute de cette musique animale, véritable tisonnier épidermique : tantôt criblée de frissons jouissifs, tantôt assaillie de démangeaisons allergiques, la peau, malmenée, a bien du mal à interpréter les informations que lui communiquent les pauvres neurotransmetteurs complètement dépassés par ce que le cerveau tente de relayer. Pilonnée de phases incompréhensibles, de sons féroces et décousus, l'oreille lambda ne sait plus à quel saint se vouer. La mixture est à la fois belle et énervante ; addictive mais insupportable ; foncièrement mélodique, mais chaotique. Sans doute, ne disposons-nous pas de tous les codes nécessaires au décryptage de cette énigmatique curiosité. En tout cas, au risque de trépasser, s'il est un sens à garder en éveil tout au long de cette débandade, c'est celui de l'humour.

A la tête de cet imbroglio tonitruant, Leslie Edward Claypool, dit Les Claypool, éminent membre de Primus ; bassiste inimitable tout aussi émérite que farfelu, qui maîtrise la technique du slap et du tapping comme personne. L'opus s'articule donc autour de cette basse sauvage, de lourdes percussions, de cordes frottées grasses et grinçantes, et de deux voix atypiques, oscillant entre bramement à la Tom Waits et balbutiements nasillards. Bref, tout ici est bestial et instinctif. Pour la petite histoire, "Of Fungi and Foe" est une collection de morceaux inspirés de projets parallèles - un jeu vidéo ("Mushroom Men") et un film ("Pig Hunt") - dont les bandes originales avaient été confiées à Les. L'album renferme aussi une chanson ("Bite Out of Life") coécrite avec Hütz Muson, leader des Gogol Bordello, et que je qualifierais tout naturellement de bordel gypsy. On est ici en présence d'un disque rugueux presque primitif, difficile voire impossible à apprivoiser. Mais après tout, un animal sauvage reste un animal sauvage, et même si on ne comprend pas tous ses gestes, parfois cruels, parfois absurdes, parfois gratuits, il n'en demeure pas moins très beau et fascinant.

David Vertessen

Mushroom Men
Amanitas
Red State Girl
Booneville Stomp
What Would Sir George Martin Do
You Can't Tell Errol Anything
Bite Out of Life
Kazoo
Primed By 29
Pretty Little Song
Of Fungi and Foe
Ol' Rosco

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews