Liam Finn - I'll Be Lightning

album de la semaine du 01/10/2008, par David Vertessen | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

LIAM FINN - I'll Be Lightning
(Fargo) [site] - acheter ce disque

LIAM FINN - I'll Be LightningA seulement 24 ans, et dès son premier coup d'essai, mon nouveau barbu préféré parvient sans peine à se frayer une place de choix dans la sphère intime de mes artistes incontournables. Pour tout dire, j'ai même sorti le tapis rouge et la boîte de cigares. Mais avec un ambassadeur tel que "I'll Be Lightning", comment aurait-il pu en être autrement ? Plus qu'un nom, c'est un nouveau prénom qui vient de marquer de son empreinte la scène folk / rock. On connaît bien papa Neil Finn (leader des éminents Crowded House), il faudra désormais compter avec fiston Liam. Maintenant que les présentations sont faites, vous pouvez définitivement faire abstraction de la filiation qui lie les deux hommes, le jeunot étant déjà loin de l'ombre de son paternel. Liam a le feu sacré et brille de manière autonome. D'ailleurs, à la façon dont il aborde son projet solo (il officie aussi au sein de Betchadupa), on perçoit vite que le talentueux singer-songwriter aime ne compter que sur lui-même. Soucieux de garder l'authenticité de ses compositions, il tire toutes les ficelles : on le retrouve derrière la plupart des instruments, à la production, et même à la conception de la pochette du disque. Je ne serais pas étonné de tomber sur lui au comptoir du disquaire ou à la vente de ses tickets concert. Sur scène comme en studio, l'homme-orchestre a pour seule compagnie : Eliza-Jane Barnes - qui excelle aux chœurs - une batterie, une guitare, et surtout, son fidèle loop studio. Il n'en faut pas plus pour combler notre Néo-Zélandais (et nous aussi par la même occasion) qui s'invente, de toutes pièces, par effets de boucles, des compagnons de jeu idéaux. C'est bluffant, tant il enfile les diverses casquettes avec aisance et habileté. La batterie, les voix et la/les guitare(s) fusent. Fermez les yeux, et vous croirez l'espace investi par une horde de doux dingues ; gardez-les clos encore un peu, et lorsque "Fire in Your Belly", "Music Moves My Feet", "This Place Is Killing Me", ou encore "Wide Awake on the Voyage Home", effleureront vos pavillons, vous croirez au retour du spectre d'Elliott Smith, venu livrer de nouveaux chefs-d'œuvre. L'option d'un enregistrement analogique, ainsi que la volonté de privilégier la spontanéité des démos à l'ingénierie du studio, alimentent de plus belle la troublante ressemblance. Pas un instant on pense plagiat, mais plutôt à quelque chose de l'ordre de la pérennité. "Better to Be", "Second Chance", "Lead Balloon" (jouissif, avec son finale chaotique et ses cris de rage à la AC/DC), "Energy Spent", très personnels, sont, quant à eux, des tubes en puissance qui traduisent à merveille l'énergie euphorisante et exaltante qui émane du petit génie. Il a tout : la voix, la grâce, le talent, les idées, et de belles années devant lui pour asseoir sa notoriété. Oui, je ne serais pas étonné qu'un jour on ne parle plus de Liam comme le fils de Neil, mais bien de Neil comme le papa de Liam, un peu comme on l'a fait, avant lui, avec un certain Jeff.

David Vertessen

Better to Be
Second Chance
Gather to the Chapel
Lead Balloon
Fire in Your Belly
Lullaby
Energy Spent
Music Moves My Feet
Remember When
Wise Man
This Place Is Killing Me
I'll Be Lightning
Wide Awake on the Voyage Home
Shadow of Your Man


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog