Maxïmo Park - Our Earthly Pleasures

16/04/2007, par David Larre | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

MAXÏMO PARK - Our Earthly Pleasures
(Warp / Discograph) [site] - acheter ce disque

MAXÏMO PARK - Our Earthly PleasuresCette année, un nombre suffisant de groupes "attendus au tournant" se seront déjà confrontés au supposé syndrome du second album pour que le retour de Maxïmo Park en soit quelque peu dédramatisé. Le groupe lui-même s'y entend pour dénier la pression en poussant tous les curseurs dans le rouge. Jouer vite et fort, et aussi bien que possible, pour donner suite à "A Certain Trigger", et ainsi lancer, sur la foi du manifeste "Our Velocity", le bolide dans le sens le plus abrupt de la pente, en espérant qu'il en reste quelque chose sur la ligne d'arrivée. L'exercice est à la fois sympathique et un peu vain. Pas loin de confondre urgence et précipitation, le groupe grille presque toutes ses cartouches dans la première partie du parcours, et menace de lasser son auditoire sur la longueur. Tout commence pourtant on ne peut mieux. "Girls Who Play Guitars" et "Our Velocity" ravivent vite les vertus euphorisantes des poussées de guitare, des breaks rythmiques et des envolées mélodiques dont le groupe a eu pour habitude de nous gratifier. L'élégant "Books from Boxes" filtre avec justesse la mélancolie des Smiths en lui donnant une descendance pas si éloignée que cela de feu The Organ. Et puis après, un peu de virtuosité tape-à-l'œil vient obscurcir le tableau : le piano et les accélérations de "Russian Literature" rappellent bêtement Muse, le refrain de "Karaoke Plays" tourne à l'emphase, et l'accumulation d'énergie, censée être un gage de bonne santé, donne un peu mal au cœur. Sur les premières écoutes du disque, j'avoue être descendu en marche du Grand Huit plusieurs fois de suite avant d'aller jusqu'au bout du circuit. Car si la seconde moitié du disque ménage encore quelques surprises, le crescendo de "Your Urge" par exemple, elle accumule aussi les défauts les plus grossiers de la première, notamment ces refrains où Paul Smith se sent obligé d'enfoncer le clou, et c'est bien dommage.

David Larre

Girls Who Play Guitars
Our Velocity
Books From Boxes
Russian Literature
Karaoke Players
Your Urge
The Unshockable
By the Monument
Nosebleed
A Fortnight's Time
Sandblasted And Set Free
Parisian Skies


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews