Siouxsie - Manta Ray

15/11/2007, par David Larre | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SIOUXSIE - Manta Ray
(AZ / Universal) [site] - acheter ce disque

SIOUXSIE - Manta RaySiouxsie pourrait bien être finalement ce que la mouvance punk a produit de plus durable, à supposer que les avatars post-punk, gothique, psyché-tribal, qu'elle a créés avec les Banshees ou les Creatures aient été l'émanation de cette même source. Maintenant que ces formations font bel et bien partie de l'histoire, sa carrière solo se doit de démontrer qu'il est possible de faire mieux que de gérer un héritage ou de polir les différentes facettes d'une icône. L’écoute de "Manta Ray" laisse penser que la chanteuse, en grande majesté vocale, est sur une bonne voie, celle d'un éclectisme bariolé, qui sans rien renier des intuitions originales (intonations théâtrales, mélodies atmosphériques, rythmiques world), signe l'amorce d'un renouveau en forme d'assomption pop. Les premiers morceaux indiquent clairement la variété des atouts sur lesquels la Sioux se fonde désormais pour emporter la donne : "Into a Swan", tout en guitares rougeoyantes et tambours martelés renvoie la politesse à Shirley Manson qui s'est souvent réclamée d'elle ; "About to Happen", plus extraverti encore, redouble et emporte la mise avec ses gimmicks obsédants (guitares rythmiques, bleeps et synthés en cascade, sans oublier les "Get up, get out, don't hang about " de la dame) ; "Here Comes that Day" parodie les cuivres de "I Put a Spell on You" et les transporte dans une atmosphère de BO d'un film hollywoodien plein de suspense érotisé et d'aventures mystérieuses - et rappelle aussi que, dans le même registre, un "Face to Face" de capiteuse mémoire avait été la contribution de Susan au "Batman Returns" de Tim Burton -, tandis que "Loveless", sur une belle mélodie de xylophone, touche la corde émotive. Bref, l'ex-prêtresse goth reconvertie en beauté papillonnante tente beaucoup et réussit presque tout : au rayon des curiosités, on signalera la très bonne pop cabaret de "Drone Zone" et même d'assez plaisantes variations suspendues autour de la phrase de Nietzsche, "ce qui ne (le) tue pas (le) rend plus fort" (transformée en indigne sophisme chaque fois qu'elle est tirée de son contexte, la phrase reprend ici un peu de son lustre). Certes, les puristes pourraient penser que Siouxsie cède aux sirènes de la reconnaissance publique, et qu'on trouve là trop de glam et pas assez de rock. Mais on s'en fout et on renvoie les fâcheux à leurs platines vinyles, leurs bougies et leurs encensoirs. Les divas fardées ont encore de beaux jours devant elles.

David Larre

A lire également :
La biographie de Siouxsie and the Banshees

Into a Swan
About to Happen
Here Comes That Day
Loveless
If It Doesn’t Kill You
One Mile Below
Drone Zone
Sea of Tranquility
They Follow You
Heaven and Alchemy

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews