Spectrum Meets Captain Memphis - Indian Giver

08/07/2008, par Frédéric Antona | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SPECTRUM MEETS CAPTAIN MEMPHIS - Indian Giver
(Birdman / Differ-Ant) [site] - acheter ce disque

SPECTRUM MEETS CAPTAIN MEMPHIS - Indian GiverPeter Kember, aka Sonic Boom, a du goût, c'est un fait indéniable. Pour vous en convaincre, il suffit de vous procurer la formidable compilation "Spacelines : Sonic Sounds for Subterraneans", parue chez Munster Records, dans laquelle il compile ses artistes favoris. White Noise y rejoint Daniel Johnston, Xavier Cugat côtoie Lightnin' Hopkins... Il n'est dès lors pas étonnant que l'ancienne moitié des Spacemen 3 s'acoquine, le temps d'un album, avec le producteur de Big Star, Jim Dickinson, apparaissant ici sous le pseudo de Captain Memphis. "Indian Giver" se compose d'anciens titres de Spectrum, des Spacemen 3, de titres signés Jim Dickinson et d'une poignée d'inédits. Que peut bien donner cette rencontre prisée des connaisseurs ? Un concentré de musique électrique, lancinante et sexy. Les styles des deux protagonistes sont clairement distincts sur cet album : les montées lysergiques reviennent à Spectrum, le blues gothique est entre les mains de Jim Dickinson. "When Tomorrow Hits", qui sonne comme le "I Wanna Be Your Dog" des Stooges interprété au ralenti, noyée dans la fuzz et la réverbération, reste un moment inoubliable. On retrouve les voyages psychédéliques de Peter Kember a initiés il y a près de vingt-cinq ans, avec son compagnon Jason Pierce. "The Lonesome Death of Johnny Ace" constitue une véritable épopée de plus de huit minutes, comme un blues du Delta remanié par Suicide et interprété par Johnny Cash. Tenue par deux accords répétés ad infinitum, la chanson prend l'auditeur à la gorge. Une véritable passerelle entre tradition et modernité. "Til Your Mainline Comes", blues déjanté déclamé par Jim Dickinson, sonne comme sorti d'un honky tonk, avec son piano à la dérive, son violon final noyé dans le mix, agrémenté de bruits naturels divers et variés. L'instrumental "Mary", qui ouvre et clôt cette rencontre, déroule un orgue vintage solennel sur une batterie monolithique, à l'image de ce que les Zombie Zombie ont peu produire sur leur premier album. Ces neuf titres, sonnant comme la BO d'un western spaghetti post-apocalyptique, dévoilent clairement le meilleur des univers des deux artistes. Certains paraissent surpris de cette rencontre sonique ? Lorsqu'on a produit "Third / Sister Lovers" de Big star, toutes les expérimentations musicales sont possibles.

Frédéric Antona
Mary
The Lonesome Death of Johnny Ace
Take Your Time
Til Your Mainline Comes
When tomorrow Hits
The Old Cow Died
Hey Man
Confederate Dead
Mary Reprise


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews