T - T

album de la semaine du 19/01/2005, par Rodérick Petetin | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

T. - T.
(Herzfeld)

T. - T.Ecrire pour POPnews est quelque chose de plus compliqué qu'il n'y paraît dans la relation que ça instaure par rapport aux disques : je suis désormais un blasé incapable d'être cabossé par une dose fade de pop larmoyante ou une bouffée de punk trop bien maîtrisé. D'être abreuvé quotidiennement d'une grande quantité de musique pas forcément désirée, de petits contes en arpèges, d'états d'âme portés par des basses ou de refrains rageurs quotidiennement me désensibilise. Non pas que je sois devenu hermétique aux sensations que procure la musique mais il me faut une charge beaucoup plus lourde d'émotion pure. Quelque chose qui m'envoie immédiatement et durablement très haut, une sorte de super-drogue SF à la Philip K. Dick.
Lorsque que j'ai reçu l'ébauche de cet album dans ma boîte aux lettres et posé la galette dans mon lecteur, j'ai vraiment eu un moment de complet abandon sur "Pink & Red" (puisqu'il s'agissait à l'époque du premier titre) et puis, sans résistance, je me suis laissé porter par les mélodies de Thomas Walter (alias T.). L'album, dans sa version définitive, a été remasterisé, remixé et augmenté de deux morceaux. Ce qui porte à 13 le nombre de shoots potentiels... "Little Hits" pose les fondations en deux minutes de ce qu'est l'album : aérien, éclectique et habité par la voix sensible de T.. "Dancing Together" vient tout de suite après, martelé par une boite à rythmes et emmené par une basse dansante "We were dancing together/With the sound of the sampler/Crushing the beat of an electronic rythm/Sometimes we were together/And we were singing", je ne suis déjà plus là, dansant et pleurant sans pouvoir m'arrêter avant le dernier beat de la boîte à rythmes... "Show Us" est à rendre fou de jalousie Mark Linkous (Sparklehorse), "Anna" et sa trame piano/mélodie inversée est une merveille de simplicité, "Soft Pocket" explique comment on fait pleurer avec une guitare et trois accords, "Lovely City Boy" rythmé par les violoncelles embarque vers un refrain improbable. "In Pose", qui clôt l'album, laisse le dernier mot à la voix équilibriste de Thomas. Je suis à terre, clignant des yeux nerveusement, je tends mon bras le plus fort possible, je suis attaqué par des convulsions étranges et des frissons intenses, je m'accroche par l'ongle du pouce au rebord et, dans un dernier soubresaut de lucidité, j'atteins la touche play du bout de mon index rageur, "Little Hits" se remet en branle haaaaaaaaaaaa....

Rodérick Petetin

Little Hits
Dancing Together
Show Us
Newcomer
Anna
Dead Body
Soft Pocket
Pink & Red
Lovely City Boy
Can't Remember
Postman
Boys Are Designed
In Pose

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals