Loading...
Disques

The Czars – The Ugly People Vs The Beautiful People

The Czars – The Ugly People Vs The Beautiful People
(Bella Union / Naïve) – acheter ce disque

The Czars - The Ugly People Vs The Beautiful PeopleLes Czars sont américains et ont un passé musical de près de dix ans. En découvrant leur premier CD, Simon Raymonde (des Cocteau Twins) les signa sur son label Bella Union pour trois albums, dont "Before… But Longer" fut le premier. "The Ugly People Vs The Beautiful People ", le deuxième pour ce label, est le premier réalisé par la formation en quintette : John Grant (chant, piano), Roger Green (guitare), Jeff Linsenmaier (batterie), Andy Monley (guitare) et Chris Pearson (basse). Il semble que le groupe ait trouvé l’alchimie parfaite, à en juger par l’époustouflante qualité de cet album. De nombreux musiciens extérieurs interviennent également, car les Czars ont le goût des orchestrations riches. A noter la présence de Paula Frazer sur trois titres, pour les choeurs séraphiques qu’on lui connaît.
"Drug" ouvre l’album : c’est une très belle ballade romantique, une mélodie comme Nick Cave, sauf son respect, rêve d’en composer depuis des lustres et des chandelles. "Side Effect" vous fait décoller juste après, à la fois émouvant et puissant, c’est le monument du disque : voix souple et aérienne (John Grant est un très grand chanteur), harmonies vertigineuses, chœurs dignes des Beach Boys – qu’est-ce qu’il vous faut de plus ? (avez-vous vu au Prado les tableaux du Greco ?)

Le passage de "Side Effect" à "Killjoy" reste un moment mémorable, du genre crève-cœur – n’étant pas musicien je suis incapable de vous dire quel instrument on entend : un synthé ou un harmonica ? (de même, sur le premier titre, j’hésitais entre la guitare et le clavecin…) Qu’importe ! C’est sensationnel ! La voix de Grant rappelle ici Jim Morrison dans ses moments les plus beaux et hantés (période "Strange Days"). Paula Frazer vient l’épauler dans un ensemble rythmique plein d’instruments (harmonium ? flûtes ? trombones ?)
"Caterpillar" nous plonge dans les profonds remous de la rêverie ; "Lullaby 6000" développe une mélodie sur un motif de guitare (classique ?) qu’accompagne John en contrepoint, d’un chant monacal : moment de grâce, qui finit par s’enchanter de chœurs entrelacés. Arrive ensuite l’énergique "This" et sa basse guerrière : nous voici en terres rock (ça devrait sortir en simple !) On est à mi-parcours et on peut dire, vu la richesse contrastée des styles abordés, que les Czars sont un groupe de pop baroque et, à mon avis, un grand groupe tout court : son potentiel inventif et lyrique me rappelle celui d’Alice Cooper (période "Killer") et des premiers Sparks. Parfois même on se surprend à évoquer des monuments comme "Pet Sounds" et "Sgt. Pepper" (si-si !). Ce disque a aussi toutes les chances de vous plaire si vous avez aimé "Summerteeth" de Wilco ou "Poses" de Rufus Wainwright.
Le disque n’a qu’un talon d’Achille : il est trop copieux, et c’est une épreuve de le déguster d’une traite. Les douze titres auraient pu être réduits à dix, voire neuf, car "Autumn", "Black And Blue" et "Anger" sont un peu en deçà de la fabuleuse première partie. En revanche, les trois derniers redonnent à l’album son panache somptueux, quoiqu’à la limite d’une pompe qu’évitent de toute façon rarement les tentatives du genre, que l’on pense aux Zombies ou aux Flaming Lips, ou encore au fameux Sgt.Pepper.
Que cela n’empêche personne de se procurer ce disque, qui est un des plus beaux qu’il m’ait été donné d’écouter dernièrement.

Hugues

Drug
Side Effect
Killjoy
Caterpillar
Lullaby 6000
This
Autumn
Black And Blue
Anger
Roger’s Song
What Used To Be A Human
Catherine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.