Loading...
Concerts

Arandel – Rocher de Palmer, Cenon, le 14 octobre 2021

Auteur du passionnant “InBach” auquel il vient de donner un second volet, Arandel était présent au Rocher de Palmer, en terres girondines, pour faire vivre sur scène l’œuvre de Jean-Sébastien Bach, largement remaniée par ses soins.

L’étincelant premier volet de “InBach” pouvait susciter bien des questions quant à sa transposition en live, Arandel ayant bénéficié pour l’enregistrement d’instruments rares, pour ne pas dire uniques, sans compter un casting d’invités des plus séduisants. Ce jeudi soir d’octobre, c’est en trio que le musicien se présente, avec une batterie au centre, qu’il occupera une bonne partie du concert, à sa droite la musicienne Flore aux machines, et à sa gauche Emilie Dautricourt, aux claviers (le pluriel est important). Beaucoup de câbles courent dans tous les sens, on pourrait craindre un son trop porté par les machines mais le trio fonctionne à la perfection pour rendre la générosité des deux volets de “InBach”, donnant une texture nouvelle aux morceaux tout en restant proche de l’esprit des disques.

C’est avec brio que les trois musiciens se réapproprient chaque titre, avec une outro enivrante sur “Aux vaisseaux”, qui semble s’étirer à l’envi, en faisant le choix d’une batterie très présente sur “Passacaglia”, qui vient compenser l’absence des clavecins, et Arandel n’hésite pas à chanter notamment sur “Bluette” (en l’absence – logique – de Barbara Carlotti) ou “Fabula” (du volume 2 de “InBach”) ou prendre la flûte traversière. A chaque titre, à chaque réinvention de Bach sur disque répond une idée pour le transposer en live, toujours de manière généreuse, jamais pédante.

On a même envie de danser, de suivre ces outros qui tirent vers l’électro, ces digressions jamais superflues. La complicité des trois musiciens est totale, et quand Arandel termine son set sur des titres issus de son album “Solarispellis” (dont une formidable version de “Section 9”), ceux-ci s’intègrent naturellement et on en vient à espérer encore un peu plus d’Arandel, sur disque ou en live. Et puis, il doit bien rester des œuvres de Bach à explorer, non ?

Photos du concert à Niort en septembre : Marie Monteiro / Festival Nouvelles Scènes.
Merci à Virginie Freslon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *