Loading...
DisquesNon classé

Stanley Brinks & Freschard – Lion Heart

Livraison annuelle de la cuvée de la maison Brinks & Freschard. Picole, alcool et chansons d’amour. La java, ça se fait pas à la menthe à l’eau.

Stanley Brinks & Freschard prennent de la bouteille. Ils maturent de concert, vieillissent en fûts de chêne. Si bien qu’on a du mal à distinguer qui est qui, de la fraîcheur ou du moût.

«Grapes are round

Just like our planet

if you can’t freschard it

It’s alright to stan it»

-Grapes-

Ils cosignent, assument le duo, de voix, de faces de LP aussi. Mais de picole surtout. Stanley Brinks & Freschard se sont mués depuis quelques albums en chantres dionysiaques, célébrant l’ivresse et l’amour. C’est la cirrhose qui les guette et un suicide joyeux à petits feux vifs (“Drink with me”, “Lion Heart”).

Autre face, autre voie, l’amour à deux. « We are a winning team », chantent-ils, sur “One Smile”. Les voix s’entremêlent sur des arrangements folkeux countrysants, bêlants comme un violon mal maîtrisé. C’est touchant et charmant.

«2020s no more parties

this is where it ends

home is where a start is

let the ash fall where it lands»

De leurs voyages, ils ont rapporté chez eux tout un tas d’instruments du bassin méditerranéen et avec eux, une atmosphère de nomadisme bohème, ensoleillé et divers.

“Home” est finalement non un repli mais un tremplin.

Ça change des disques et livres confinés !

On n’a jamais senti de nostalgie chez André/Stanley et Freschard, un disque chasse l’autre. C’est peut-être chez nous, au contraire, que cette nostalgie se développe. Combien de concerts a-t-on courus (et ratés) pour entendre LA chanson d’André/Stan qui nous hantait alors ? Souvent, elle ne venait pas, remplacée par d’autres tout aussi confondantes. Avec le temps, on en a pris notre parti. On prend chaque nouvel album pour une carte postale (surtout si on a la folie de l’acquérir en CDr et de recevoir un pli bricolé, comme avant, au temps du mail art, avec les paroles tapées et photocopiées. Le luxe c’est ça).

“Lion Heart” est un instantané déjà passé (“Night”), un prétexte pour partir en tournée, seule concession à l’économie marchande mais en « lazy way ». On ne repérera pas les tubes, on y est simplement bien. Dans cet oasis de bonheur fait de chansons, de bricoles musicales et de beaucoup d’alcool. Et de clopes. Beaucoup de clopes.

C’est cette persévérance qui dure qui nous lie tant à cette musique. Et puis il y a toujours les petites douceurs, des “Stay Where You Are” qui nous rappelle d’autres merveilles, gravées en nous à jamais (comme “Sleeping Bag” sur “Stand United” ou “Home With Feathers”, repris des Wave Pictures), ou encore “I’m Out” (toujours les délices du titre final ! Comme quoi le format album…), qui évoquent “Metal Mash” ou “Winner’s Lose”. Ah, c’est pas beau mais je les entends remonter ces chansons-là, et comme au premier jour, quand celui qui les a écrites ne doit même plus les savoir depuis des années… D’ailleurs, c’est bien simple j’ai une envie furieuse d’aller retrouver, en vrai, les titres de la première mue en Stanley Brinks, “Woman Of The Day” (“Dank U”, 2007) ou “French Leave” (“Cooks”, 2007), ou “They Don’t Have A Clue” (“Claps”, 2010). Et ne me parlez pas des titres de feu André Herman Düne : “Time Dilation” sur “André Herman Düne Is the Keeper of the Park” (2005), ou “Importance” (“The Album with the Bear” 2006), ou encore “For The Time Being” (“André Herman Düne Stands United”, 2003).

Une certaine amertume a disparu mais un bien-être et une force nouvelle l’ont remplacée (même mouvement chez Jeff Tweedy de Wilco) et c’est une consolation pour les misanthropes mélomanes de chambre. Une autre voie est possible, tant que la bohème l’est encore (un peu) aussi.

Avec l’aide de Johanna D., old French Leave.

« Lion » heart est sorti le 5 novembre 2021

One comment
  1. Aymeric

    Cette folle énumération de titres de Stanley Brinks / André Herman Düne m’a donné une envie irrépressible d’aller souffler sur les braises du Fire EP de HD, pour me consumer aux crépitements de « Just like that » <3

Répondre à Aymeric Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.