Loading...
Disques

Steve Young – Renegade Picker / No Place To Fall

STEVE YOUNG – Renegade Picker / No Place To Fall
(Camden-BMG / Import )

STEVE YOUNG - Renegade Picker / No Place To FallTant qu’à conseiller de la country sur POPnews, autant s’aventurer sur la bonne. Ici, c’est de l’historique – d’autant plus opportune qu’elle n’est pas rébarbative.
Qui est Steve Young ? Un singer-songwriter américain né en Géorgie, qui a grandi aussi en Alabama et au Texas. Assimilant diverses cultures musicales américaines – folk, country, rhythm’n’ blues, rock’n’roll, il fait partie des artistes qui font ce qu’on appelle alors du country-rock, avec Gram Parsons et Gene Clark chez A & M Records (album "Rock, Salt & Nails", 1969 ). Installé à Nashville en marge du circuit mainstream, ami de Waylon Jennings (lequel dira de Steve Young qu’il est "le meilleur chanteur de country, juste derrière George Jones" ), il publie chez RCA deux albums magnifiques en 1976 et 1977, réunis ici sur deux CDs.
En découvrant "Renegade Picker", on rencontre une voix incroyable : chaude et métallique à la fois, d’une force inouïe, au long souffle. Un lyrisme époustouflant. Qui n’a bien sûr rien à voir avec Rufus Wainwright (quoique ! )- on est ici en terres "roots" et sauvages. On a d’ailleurs associé l’art de Young au mouvement Outlaw (hors-la-loi ), incarné par Waylon Jennings notamment.
La voix d’abord donc, mais aussi les chansons, partagées entre covers et originaux qui n’en sont pas moins devenus des "classiques" pour la plupart, à commencer par "Lonesome, On’ry & Mean", mais aussi le morceau-titre – dédié à Jerry Lee Lewis – et puis tout le reste, finalement ! Là où Steve Young est le plus fort à mon sens, c’est sur les ballades plutôt lentes, où sa voix est capable de porter l’auditeur vers des hauteurs d’émotion sensationnelles, et semble faite, plus que toute autre peut-être, pour évoquer les vertigineux canyons, tout d’ocre et de rouille, des plaines de l’Ouest. Les covers ? Merle Haggard, Willie Nelson ("It’s Not Supposed To Be That Way", seul succès dans les charts ), John D.Loudermilk, Guy Clark, Rodney Crowell…

Sur "No Place To Fall", Steve Young reprend Townes Van Zandt (le morceau-titre ), superbe ouverture, ainsi que Bob Dylan ("Don’t Think Twice, It’s All Right", avec une remarquable intro de Steve à la guitare )et J.J. Cale ("I’ve Got The Same Old Blues" ), entre autres. Parmi les originaux, on trouve "Montgomery In The Rain" qu’a popularisé Hank Williams Jr, "7 Bridges Road" et des ballades carrément romantiques ("Dreamer", "Always Loving You" ).

Cette réédition est une merveille, un trésor au fort parfum d’authenticité, indispensable pour tous les amateurs de musique "roots" américaine. Les autres ne savent pas ce qu’ils perdent ! Et il faut ajouter que Steve Young enregistre encore des disques, on ne saurait trop conseiller "Primal Young", le dernier en date.

Hugues

RENEGADE PICKER

Renegade Picker
I Can’t Be Myself
Old Memories (Mean Nothing To Me )
It’s Not Supposed To Be That Way
Tobacco Road
Light Of My Life
Lonesome, On’ry & Mean
All Her Lovers Want To Be The Hero
Broken Hearted People (Take Me To A Barroom )
Sweet Thing
Home Sweet Home (Revisited )

NO PLACE TO FALL

No Place To Fall
Montgomery In The Rain
Dreamer
Always Loving You
Drift Away
7 Bridges Road
I Closed My Heart’s Door
Don’t Think Twice, It’s All Right
I Can’t Sleep
I’ve Got The Same Old Blues

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.