And Also The Trees - Interview

28/10/2009, par Guillaume Sautereau | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Vous allez faire une tournée dans la même formation acoustique cet automne...

Simon : Oui...

Vous referez des concerts en électrique un jour, tout de même ?
Simon : Oui, bien sûr ! Cela ajoute une corde à l'arc d'And Also The Trees. Les programmateurs auront le choix entre la version acoustique ou la version électrique d'And Also The Trees. Là, avec la sortie de l'album, c'est la version acoustique.

Il y aura d'autres sorties acoustiques avant le prochain album ?
Simon : Non... Enfin, oui, le EP sur les disques du 7ème Ciel, mais c'est un secret.

Au Lavoir Moderne hier, j'ai vu un flyer hier à propos de cet Allemand qui réalise un livre, une sorte d'archive sur tous les concerts d'And Also The Trees depuis les débuts. Qu'est-ce que vous inspire une telle initiative ?
Simon : c'est flatteur, on le prend comme un énorme compliment. Cela va plaire aux personnes qui aiment ce genre de livres, très documentaire, avec des photocopies de setlist de vieux concerts, chose que l'on peut trouver soit totalement passionnante, soit terriblement ennuyeuse ! En un sens, je suis très surpris que des gens puissent trouver cela intéressant, parce qu'il s'agit seulement de nous (rires). J'ai du mal à concevoir qu'on puisse avoir le moindre intérêt pour ce que j'ai fait à telle ou telle période. Après, je me souviens que nous sommes un groupe d'une certaine stature, et que cela doit être pour ça.
Justin : Je pense que c'est positif que ça existe, c'est une masse d'information et à ce titre, c'est intéressant. S'il y avait un livre comparable sur, disons, Tom Waits, je trouverais ça intéressant.
Simon : J'ai fouillé dans mes archives pour lui, et j'ai retrouvé des choses que je ne croyais pas avoir gardées, comme des posters de nos premiers concerts, quand nous faisions la première partie de certains groupes... Et il y a un autre livre en train d'être écrit par Alexandre François, d'Octopus, qui sera moins documentaire, plus littéraire, davantage une biographie. J'espère que ce sera très intéressant.

And Also The Trees, par Guillaume Sautereau

Qu'est-ce que vous pensez de vos fans ? Dans certains pays, vous avez une base de fans conséquente...
Nous avons de la chance, car nous avons toujours apprécié les gens qui nous suivaient, apprécié qu'ils viennent nous voir pour discuter après les concerts, ce n'est pas le cas pour tous les groupes. Les gens nous disent qu'And Also The Trees fait partie de leur vie depuis vingt ans, cela fait quelque chose.

J'ai lu une phrase de John Peel à votre propos, qui disait que vous étiez "trop anglais pour les Anglais". Qu'est-ce que cela vous inspire ?
Comme je n'y vis plus, je ne sais plus quel statut nous avons dans notre pays. Quant à John Peel, je vois bien ce que ça voulait dire au moment où il a dit cela. Aujourd'hui, je pense que c'est moins pertinent, il y avait en nous une sorte d'anglicité que personne d'autre n'avait à l'époque.
Ian : Il s'agissait d'une anglicité un peu surannée, qui n'existe plus dans la culture populaire.
Simon : Tu as raison. En outre, à cette époque, beaucoup de groupes anglais voulaient sonner "rock'n'roll", plus américain en somme. Et nous, nous nous sommes tenus en retrait par rapport à ça. Ça n'était pas une décision délibérée que de nous présenter comme un groupe anglais, mais plutôt le choix naturel de ne pas intégrer d'influences américaines. D'ailleurs quand nous avons fait un album plus américain, au bout de dix ans, tout le monde l'a détesté ! (rires). C'est une autre histoire.
Ian : De mon point de vue, quand j'ai rejoint le groupe et que je me suis plongé dans l'histoire du groupe, je n'ai pas identifié de tentative consciente de sonner de telle ou telle façon. And Also The Trees a creusé son propre sillon, c'était une façon beaucoup plus authentique de procéder, qui nous a menés là où nous sommes aujourd'hui.
Simon : Mais nous avons été influencés par ce qui nous entourait. Il se trouve que nous vivions au milieu de nulle part dans une ancienne ferme. Nous ouvrions les fenêtres, et ce que nous voyions, c'étaient les champs du Worcestershire, le ciel et les fermiers qui passaient. Et le temps qu'il faisait, aussi. Il est beaucoup question de météo dans les chansons d'And Also The Trees. C'est l'Angleterre.


Photos par Guillaume Sautereau.
Merci à Damien.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews