Badly Drawn Boy - Is There Nothing We Could Do?

17/02/2010, par Gildas | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

BADLY DRAWN BOY - Is There Nothing We Could Do?
(BDB Records / Discograph) [site] - acheter ce disque

BADLY DRAWN BOY - Is There Nothing We Could Do?Le deuxième album de Damon Gough, plus connu sous le pseudo de Badly Drawn Boy, était la BO de "About a Boy". Sa guitare baladeuse et son sens des mélodies jouissives contrebalancées par sa fainéantise légendaire en faisaient un disque improbable, jamais complément convaincant mais très agréable.

Apres quatre ans de silence et un album ("Born in the UK") un peu en deçà de ses livraisons habituelles, Badly Drawn Boy est de retour avec une deuxième BO. Il s'attaque ici à l'histoire d'un "bon gros", exploité comme un monstre de foire par un "chauffeur de taxi / pseudo manager" peu scrupuleux, et raconte son amitié improbable avec une jeune apprentie coiffeuse en déroute. L'histoire est attachante et le film est bien joué. La contribution de Badly Drawn Boy est exquise à l'écran. Il souligne et illustre en musique les moments-clefs du film sans jamais en faire trop.

Sur l'album, et sans le support visuel du film, Badly Drawn Boy joue la cohérence et la simplicité avec des chansons comme "Been There, Verified" et "The Letter". Courtes, simplissimes dans leurs arrangements, épurées dans leurs mélodies, deux ou trois accords, quelques arpèges, des paroles touchantes et c'est tout. Comme sur "About a Boy" certaines chansons dépassent à peine le stade d'esquisses, d'autres recyclent le même thème encore et encore de façon alanguie sans autre but que de créer une atmosphère qui sied à l'histoire. Il s'agit bien ici d'une BO et pas d'un album à proprement parler. Badly Drawn Boy est tributaire de ce qui se passe à l'écran. Il privilégie une pop atmosphérique, intimiste et sensible alternant mélancolie douce et gaieté ensoleillée selon les chansons. Les morceaux dialoguent les uns avec les autres et aussi avec les extraits du film. Les thèmes sont repris avec de légères variations pour former des chansons et un album à tiroirs. Damon compte sur ses talents de compositeur de comptines légères pour emporter le morceau.
Le résultat est un album que l'on savoure en s'imprégnant de l'atmosphère qui s'en dégage. Il n'y a pas vraiment de tube qui s'incruste dans le crane, le tempo est généralement lent. Mais sur la longueur, cet album est un plaisir fascinant qui séduit agréablement. Tout comme le personnage principal de "The Fattest Man in Britain", le disque surprend, fait un peu peur même au début, mais devient rapidement attachant en révélant ses secrets et sa tendresse.

Gildas

acheter ce disque


A lire également, sur Badly Drawn Boy :
la chronique de "One Plus One Is One" (2004)
la chronique de "Have You Fed The Fish ?" (2003)
la chronique de "EP3" (1998)

Opening Theme
Is There Nothing We Could Do?
A Gentle Touch
All the Trimmings
Welcome Me to Your World
Guitar Medley
Is There Nothing We Could Do (Reprise)
Big Brian Arrives
Amy in the Garden
Been There, Verified
Just Look at Us Now
Wider Than a Smile
Piano Theme
The Letter
I'll Carry On


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals