Coming Soon - New Grids

album de la semaine du 20/02/2008, par Frédéric Antona | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

COMING SOON - New Grids
(Kitchen / PIAS) [site] - acheter ce disque

COMING SOON - New GridsIls sont sept, sans compter les copains. Le plus jeune a 14 ans, le plus vieux, environ 25. Et pourtant, on dirait qu'ils ont déjà des années de maturation de leur concept derrière eux, tant la musique qu'ils produisent est aboutie. On peut toujours identifier des influences, majoritairement américaines (on jurerait entendre Léonard Cohen sur le "Memento Mori"), leur trouver une parenté avec certains aspects d'Herman Düne -le chanteur principal, Howard Hughes, a récemment collaboré avec le frère dissident André Herman Düne, aka Stanley Brinks-, ou les Moldy Peaches, dans la dimension folk. Certes. Mais il y a aussi cette pop qu'on sent pointer derrière l'americana, et qui rend un certain nombre de morceaux de l'album totalement irrésistibles. Le titre "Big Boy", hit total (dans un monde parfait) est, dans le genre à faire swinguer une armée de manches de pioches, une tuerie absolue : interprété par le jeune Leo Bear Creek, la chanson est portée par une ligne de guitare fuzzy, des claquements de main, un ukulélé, et c'est parti, le morceau ne vous lâchera plus pendant trois mois. Il y a là une fraîcheur, une désinvolture qui n'est pas de la pose, un second degré, une évidence mélodique et un côté sixties franchement jouissif. Howard Hughes, stetson et voix de baryton, porte ses morceaux entre la pop-song et le folk électrique. "Time Bomb" transperce par son refrain à la Jonathan Richman, "New Territories", la bien nommée, ballade signée Ben Lupus, portée par un piano électrique et les harmonies de Caroline Van Pelt et Mary Agnès, tisse une toile vers l'œuvre de Bonnie "Prince" Billy. Le folk s'électrifie sur "Howard's Mood", entre guitare rythmique martiale et banjo décalé, avec un tempo à géométrie variable. La ballade country qui clôt l'album, "What You've Left Behind", et ses chœurs imparfaits mais tellement à propos, rassure par sa dimension intimiste et chaleureuse. Comme si ce magnifique premier album ne suffisait pas, les membres du groupe ont chacun des projets parallèles, notamment Howard Hugues avec des disques solos qu'il produit en compagnie de complices consentants, tels que Clémence Freschard ou Adam Cotton. C'est avec ce dernier que je l'ai vu récemment reprendre à Lille le fabuleux "Memories" de Leonard Cohen. Un gars qui reprend un titre de l'album de Cohen produit par Phil Spector a pour moi tout compris. Tout comme Coming Soon, d'ailleurs. Et cela donne un premier album comme on n'en avait pas vu depuis un bail en France. Coming Soon is coming now.

Frédéric Antona

Memento Mori
Wolves in the City
Jack Nicholson style
See the Future
Broken Heart
Home from the Blues
Bright Tides
Private Tortures
Big Boy
Music from the Ceiling
Time Bomb
New Territories
Howard's Mood
What You've Left Behind


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews