Mendelson - Mendelson

album de la semaine du 05/06/2013, par , Benoit Crevits et | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

 Pochette

Disque 3

Après "Les Heures", titre qui occupe à lui seul l'unique plage du deuxième disque, le dernier et troisième volume de cette oeuvre-monde s'ouvre par "Ville Nouvelle" et son long crescendo étouffant. Un précipité de solitude contemporaine. Il y est à nouveau question de la vacuité d'une vie passée sans être vraiment vécue. Un morceau d'une force inouïe, avec cette batterie qui fraie son chemin de manière insensée. Entre tous, quelques mots terribles nous imprègnent durablement : Sans l'idée que revienne un jour l'envie d'avoir un destin / Une vie plutôt que des vacances / Dans ces déjà très vieilles villes nouvelles peuplées de vies en ruines. A sa suite, le mid-tempo de "Une autre histoire" prendrait presque les allures d'une ballade si son final ne livrait pas lui aussi quelque vérités assénée sur les fragiles moments que nous ne faisons que traverser. Puis "Le Jour où", faussement cynique, dans lequel Pascal Bouaziz évoque son hypothétique mort tragique, laisse filtrer une ironie mordante. Rire jaune, aussi. La face cachée de Mendelson se révèle, un peu. Puis nous échappe dans le bruit et la fureur d'instruments que seule une coupure de courant pourra arrêter. Au ralenti, ravivant quelques fantômes cold wave, comme ceux de Seventeen Seconds, "L'Echelle Sociale", nous fait alors glisser dans le noir le plus total. Piano délaissé, tintements, vertiges synthétiques, et puis les mots qui s'articulent plus nettement dans la bouche de Bouaziz, dont le flux s'amenuise (à rebours du disque 2), pulsations qui s'étirent pour disparaître, une dernière étape avant le silence. Le disque aurait pu s'arrêter là, mais un dernier titre plus court, "Je serais absent", clôt l'oeuvre de manière paradoxale, vaguement apaisée. Ses auteurs semblent nous dire qu'il nous faudra aussi savoir lâcher prise. Dernières volontés, au plus près des monstres qui nous habitent ou ceux extérieurs à nous-mêmes, qui font face. Dernières volontés avant que le quotidien reprenne ses droits, pas le nôtre non, mais celui de nos proches. La mort en somme, et puis les derniers moments arrivent, percussions légères qui reviennent, bruits indifférents et lointains, un signal. Et le silence.

 

Hugues Blineau

Acheter sur Amazon
  1. Disque 1:
  2. La Force Quotidienne du Mal
  3. D'un Coup
  4. Une seconde vie
  5. Pas d'autre rêve
  6. Disque 2:
  7. Les Heures
  8. Disque 3:
  9. Ville Nouvelle
  10. Une Autre Histoire
  11. Le jour où
  12. L'Echelle Sociale
  13. Je serais absent

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews