Shivaree - I Oughtta Give You A Shot In The Head For Making Me Live In This Dump

10/01/2001, par Rodérick Petetin | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SHIVAREE - I Oughtta Give You A Shot In The Head For Making Me Live In This Dump
(Capitol/Warner)

SHIVAREE - I Oughtta Give You A Shot In The Head For Making Me Live In This DumpPrix du titre le plus long (Fiona Apple, c'était en 1999) et le plus drôle de l'année (traduction approximative : "je devrais te coller une balle dans la tête pour me faire vivre dans un bouge pareil"), ce disque fait penser à l'effort désespéré d'un auditeur qui tripote les boutons de sa radio à la recherche de ses chansons préférées - et tombe sur quelque chose qu'il va finir par aimer. L'éclectisme est en effet de mise sur ce premier album, qui est d'ailleurs tellement maîtrisé qu'il ne ressemble plus du tout à un coup d'essai. Un éclectisme qui s'explique par le background des protagonistes : à droite, Ambrosia Parsley (ce nom !), jeune appalachienne émigrée en Californie, qui a commencé sa carrière à quatre ans en chantant debout sur les tabourets d'une pizzeria de la vallée de San Fernando et à gauche Duke Mc Vinnie et Danny Mc Gough, multi-instrumentistes angelenos blanchis sous le harnais et musiciens d'une rare inventivité et précision (ceux qui ont vu Mc Gough aux claviers du groupe de Tom Waits lors des récents concerts parisiens de ce dernier savent de quoi je parle). Le fait même que ces trois-là se soient rencontrés est savoureux ; le résultat de cette rencontre l'est tout autant. 
A l'instar des grands-parents d'Ambrosia, qui ont sûrement un jour attrapé la route 66, ce disque fait voyager : de New-York ("Bossa Nova" aurait pu figurer sur les albums de Mink deVille période "Cabretta") à la plage de Venice pour l'ultime ballade West Coast en passant par le jazz chaloupé de la Nouvelle-Orléans sur "I Don't Care". Mais c'est quand la route traverse les mortelles banlieues américaines des Grandes Plaines que l'incroyable voix mutine d'Ambrosia donne sa pleine mesure et fait d'"Arlington Girl" ou de "Lunch" des BO idéales pour le prochain David Lynch. Et puis il y a ce tube imparable qu'est "Goodnight Moon", que tout le monde a entendu mais qu'on ne peut s'empêcher de décrire : intro de guitare à mourir, mélodie sautillante et choeurs qui montent comme de la chantilly. Produit par Tom Rothrock et Rob Schnapf (producteurs de "Mellow Gold" de Beck), ce titre pourrait être à Shivaree ce que "Loser" fut pour le blondinet- un passeport pour la reconnaissance générale, un laissez-passer pour la gloire planétaire. Et rien n'empêche Ambrosia et ses acolytes de pondre dans deux ans une oeuvre de la trempe d'"Odelay". 
Jean-Christophe

Cannibal King
Bossa Nova
Daring Lousy Guy
Arlington Girl
Oh, No
Lunch
Goodnight Moon
I Don't Care
Pimp 
Idiot Waltz 
Ash Wednesday 
Arrivederci

 

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals