The Concretes - Stockholm, Salle Strand, 27 novembre 2010

06/12/2010, par | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

THE CONCRETES - Stockholm, Salle Strand, 27 Novembre 2010


Nous sommes le premier samedi de l'Avent en Suède et il neige à gros flocons. C'est assez curieux de se rendre en après-ski à un concert. La salle est quasi déserte à moins de vingt minutes de l'entrée en scène des artistes : l'Avent est une fête familiale. Soudain elle se remplit, surtout de femmes de plus de trente ans, bien apprêtées, certaines portant mêmes des rubans rouges de circonstance dans les cheveux.
The Concretes montent sur scène pour défendre leur nouvel album ''WYWH'' (comprendre Wish You Were Here) annoncé comme un virage emmenant leur indie-pop sur des voies plus disco. C'est une belle formation : deux claviers, basse, guitare, batterie, deux chanteuses avec des échanges d'instruments et quelques cuivres de tailles variées. C'est de la pop bien faite, bien interprétée, bien chantée, bien jouée, les arrangements sont cohérents mais rien ne décolle vraiment. Je n'ai pas de critique objective à faire mais l'ensemble manque simplement de coeur. Les artistes eux mêmes semblent un peu s'ennuyer sur scène, comme une répétition devant les fidèles copains, ceux qui viennent tout le temps. La principale chanteuse, élégante laidback, ressemblant à un mix entre la Nico des derniers jours et Debbie Harry, porte une cape en couverture sur un petit short taillé à la serpe. Elle chante les mains dans les poches et on est bien tenté de faire pareil. Difficile d'applaudir donc. Les nouveaux titres disco sont un peu plus remuants du fait de la rythmique mais rien de transcendant, la mélancolie pop prédominant plutôt sur l'énergie disco. Rien de très atomique, nous sommes loin de Blondie.
D'ailleurs, lors du rappel, ils reprennent ''Johnny And Mary'' de Robert Palmer qui peine à nous emmener bien loin. Dommage. On sait bien que la Renault 11 est une sacrée bagnole.

Guillaume Delcourt (avec l'aide précieuse de Johanna D.)


A lire également, sur The Concretes :
la chronique de "Hey Trouble" (2008)
la chronique de "In Colour" (2006)

Playlist :
Good Evening
My Ways
Cracket (???)
Say Something New
Kids
Partyt (???)
WYWH
You Can't Hurry Love
All Day
Dantes

Sing For Me
Johnny And Mary (Cover Robert Palmer)
Song 4


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews