Loading...
InterviewsPlaylist

Michel Peteau, ou les aventures d’un Cheval Fou

Inconnu du grand public, Michel Peteau traverse depuis un demi-siècle le paysage musical français, travaillant avec de nombreux artistes, se baladant entre la marge et le centre (ou pas très loin). Comme pour beaucoup de ses pairs, le confinement lui a fourni l’occasion de faire de la musique sans pression et sans destination précise. Improvisant à la guitare dans son studio, il s’est retrouvé au bout de quelques semaines avec une dizaine d’instrumentaux qui lui ont donné envie de réactiver le projet de ses jeunes années, Cheval Fou. Le résultat, qui sort ces jours-ci, s’appelle “Couteau calme”. On y entend une musique difficile à définir, infusée de chants tribaux (l’homme est fasciné par les Indiens d’Amérique), de psychédélisme, de petites mélodies comme surgies du passé ou d’un rêve et, sur “Habillée de deux ailes”, de la voix d’Armelle Pioline, sa complice au sein de SuperBravo.
Cette sortie était le prétexte parfait pour demander à Michel Peteau de nous raconter son étonnant parcours hors des sentiers battus à travers une sélection personnelle de morceaux tirés de ses différents projets, groupes et collaborations. Allez, à cheval !


Cheval Fou – “La Fin de la vie”

« Ce titre signe pour moi la fin de ma vie de nomade ; je venais de vivre des années de perpétuels déplacements au sein de la tribu Le Pop. Une tribu freak post-soixante-huitarde dirigée par mon père Max Peteau, un collectif politique et culturel, qui éditait un journal type free press. Mon frère et moi avions monté Cheval Fou, avec Stéphane Rossini à la batterie. On avait une sono, une scène, la tribu pour rameuter le public… Hors de tout circuit officiel, on a pu faire des dizaines, des centaines de concerts, tous différents, tous complètement déjantés. On était la vitrine du Pop. Jusqu’à l’explosion de la tribu.
“La Fin de la vie” est un inédit que j’ai enregistré et rajouté in extremis sur le premier album de Cheval Fou, en 1993, chez Legend Music. On y entend des bribes du discours d’un chef indien, lu par ma fille et par ma compagne. C’est, pour moi, le titre qui fait le lien avec ce que je fais aujourd’hui. »


Pierrot le Fou – “Valse ou rock”

« Peu de temps après ma sédentarisation, j’ai rencontré Christian Ferraz, à Paris. Ensemble, on a monté Pierrot le Fou, un des premiers groupes français à jouer avec une boite à rythmes. Ferraz écrivait en français, il assurait à la basse… La scène punk-new wave française commençait à s’imposer, les Stinky Toys régnaient… Pierrot le fou, ce sont mes années 80 à moi. »


La Fiancée du pirate – “J’aimerais bien te revoir”

« La Fiancée du pirate, c’est le duo que j’ai fondé avec ma compagne de l’époque, Lola Jeannel. Ce titre est extrait de notre deuxième album, sorti en 1991. Lola avait écrit ce texte et on s’est retrouvés un peu par hasard en studio avec l’immense Pierre Michelot qui a proposé cette contrebasse. Lola a chanté de façon très spontanée, sans effets, sans fioritures. Grand moment. »


Michel Moi – “Tombé de la dernière pluie”

« C’est un de mes titres préférés de ma collaboration avec Elisa Point, au début des années 2000. Elisa a écrit ce texte que j’aime beaucoup. C’est une période où je voulais chanter, je voulais monter sur scène avec mon CP (un piano électrique) et chanter mes chansons. C’était un vrai challenge pour moi, et je suis content de l’avoir fait, mais ça m’a bien passé !
Je suis en tout cas ultra-content de rejouer en groupe, que ce soit avec SuperBravo ou avec Cheval Fou. »


Nina Savary – “Venus in furs”

« C’est un des premiers titres que j’ai enregistré au studio Panorama, en 2010. On a fait tout un album de reprises  (“Tales of Fire”) avec Nina Savary [également membre d’Institut, NDLR], que je connaissais depuis longtemps et avec qui j’avais très envie de faire un disque. La reprise du Velvet Underground me plaît toujours autant. Nina vient de sortir un album fabuleux, “Next Level Soap Opera” sur le label anglais Tin Angel. »


SuperBravo – “Lucky Number Instant Soup”

« Un jour, en 2011, on m’a présenté Armelle Pioline. Elle avait quelques prises à faire pour finir le premier album de SuperBravo. Je lui ai proposé de venir au studio Panorama. On a enregistré et mixé ce titre en une soirée, avec Jean-Pierre Petit à la guitare… Je me souviens, on était bien, tout sonnait, j’étais heureux, je voulais que cet instant dure toujours. Après cette séance, j’ai rejoint SuperBravo avec qui j’ai sorti deux autres albums (“L’Angle vivant” en 2017 et “Sentinelle” en 2020). Ce titre, que j’aime particulièrement, figure toujours sur nos setlists. »

Photo : Olivier Séror.


Nouvel album “Couteau calme” chez Marelle Music / L’Autre Distribution.

En concert le mercredi 17 novembre au Triton (Les Lilas, 93) avec Matthieu Askehoug (basse) et Cyril Avèque (batterie).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *