Loading...
Disques

Sleater-Kinney – Path of Wellness

Après la cure de jouvence, Sleater-Kinney se refait une beauté sans fards et met son âge en valeur sans tricherie ni botox. La maturité a du bon car l’expérience prime, surtout doublée de coups de folie liés à la pente descendante de la vie.

Reprenons l’historique : après l’album du retour, “No Cities to Love”, Sleater-Kinney enregistre un album déconcertant en compagnie de Saint Vincent, “The Center Won’t Hold”, à prendre presque à rebrousse-poil, comme si on avait emmené notre vieux cabot au toilettage canin de luxe, événement tellement inattendu que la batteuse historique Janet Weiss quitte le navire. 

Après la trahison de ce qu’on peut considérer comme l’ADN propre du groupe, “Path of Wellness” est un retour aux fondamentaux. Nous avions donc raison. Sleater-Kinney ne tentait pas de faire vivre le fonds de commerce mais cherchait des nouvelles voies d’expression, refusait de s’encroûter en somme, quitte à se bousculer, et nous avec, dans nos certitudes, nos goûts et surtout nos attentes. On peut, comme Janet Weiss, ne pas s’y retrouver, préférer le mythique qui rime souvent avec la pesanteur monolithique.

Cette nouvelle manière était une porte de passage, une libération des possibles, pas un nouveau palier car Sleater-Kinney a décidé de continuer à regarder en face et à incarner son propre changement, mieux, ses métamorphoses. C’est une perpétuelle renaissance.

Premier point, les voix sont en pleine forme, très lyriques, celle de Corin Tucker surtout, peut-être prêtes aujourd’hui à assumer plus pleinement ce côté glamour que les filles à guitares énervées des années 90 ne cherchaient pas à mettre spécialement en valeur. Les voix sont à l’honneur donc et c’est parce qu’elles ont des choses à dire.

Les paroles de “Path of Wellness” suivent toujours le fil de la décomposition des corps, du maintien du feu intérieur. On sent les préoccupations, voire les injonctions de bien-être physique, en contraste avec la consumation des âmes et des énergies dans la vie et surtout l’amour.

You can never love me enough (répété maniaquement dans les aigus)

I’m on the path of wellness (diction tout en déliés)

Les deux voix/voies de Sleater-Kinney.

Il y a fuite du temps (“Tomorrow’s Grave”). Il faut donc en profiter, quitte à assumer les erreurs afférentes, les malheurs (“Worry With You”)… “Path of Wellness” est aussi un disque des antagonismes, des confusions. Encore une fois, Sleater Kinney est un groupe mûr et qui affronte la maturité (“Down the Line”). C’est le temps de la connaissance de soi, de ses contradictions qui sont aussi un moteur positif y compris dans leurs aspects les plus noirs (“Method”).

“Favourite Neighbor”, chanson rageuse dans la plus pure tradition kinneyenne (cris et piaulements de guitare inclus sur duo de voix aiguës), pourrait évoquer les relations/voisinages compliqués et… le personnage de Flanders dans les Simpsons. On n’est pas enfant des 90’s pour rien.

Sur “Path of Wellness“, le titre d’ouverture, on sent une mise en valeur de la batterie, plus en contretemps que par le passé. Une partie de la fanbase a reproché au groupe le départ de Weiss. Cet album, en contrepoint, fait la part belle à la batterie et aux percussions, les SK embauchant plusieurs officiants. Il ne s’agit pas de remplacer. Il s’agit de tester, d’essayer. Et ça marche.

Sur “Shadow Town”, la batterie est surexposée, plus mate que par le passé, plus économe des cymbales. Comme un adieu à (la période) Weiss… Est-ce un hasard si la chanson évoque des possibilités d’aventures et les doutes de la narratrice ?

Pour autant, on retrouve les éléments « signature » de Sleater Kinney. Chassez le naturel…

Dans “High in the Grass“, on fête le retour des hoquets guitaristiques, ce blues des détours noisy, ces progressions serpentines qui sont la marque de fabrique de Carrie Brownstein.

“Tomorrow’s Grave“ est un catalogue de ruptures de jeu de guitares et batterie typique de la première période mais on trouve aussi des nouveautés, des tintements, des riffs pointillistes. Ce n’est pas le meilleur titre de SK mais un signe de recherches formelles qui montrent que la cure de Saint Vincent a porté ses fruits comme sur “No Knives“, furie pointilliste là encore. C’est un brouillard retenu tant dans le sens que le son. Nourriture spirituelle ? Relation à couteaux tirés ? Quoi qu’il en soit l’angoisse est palpable, et oblige à se tenir sur les gardes.

“Complex Female Characters“ est le climax de l’album, la signature de ce qu’elles sont et recherchent : un subtil jeu de guitares tordues décrit toute la complexité de rockeuses passionnées et passionnantes, même en bout de course (“Down the Line“, beau titre comme le précédent).

“Bring Mercy“ conclut l’album magnifiquement sur les thèmes de la séparation, des difficultés de continuer simplement à vivre dans un monde de destruction.

Bring mercy, bring love

No need to attend the people we were before

Bring mercy, bring love

Pack your bags with things to lift you up

Got nothing without hope

Keep vision alive with the heroes you know

Bring feeling, bring your heart

Hear the whisper when you go

On a compris depuis longtemps que notre génération désenchantée n’aura pas fourni à l’humanité quoi que ce soit de bon mais elle aura eu le mérite de se faire accompagner sur la voie de sa décadence par ses hérauts de jeunesse, qui plutôt que de lui offrir un Polaroid fade de ses glorieuses années (The Rolling Stones pour la génération de nos pères), a préféré le mûrissement, les essais et erreurs, le perpétuel changement. C’est une aventure qui fonce dans le mur mais, vraiment et au sens plein, palpitante. C’est ce qui rend Low si grand (on reparle bientôt dans ces pages de cet enthousiasmant “Hey What”) et Sleater Kinney si attachant. Bravo les filles ! Vous êtes toujours les meilleures. Pour preuve cette longue et hilarante vidéo promo dirigée par Carrie Brownstein (avec, comme toujours, des cameos de Miranda July, etc.).

Avec l’aide de Johanna D, caractère complexe de femelle.

“Path of Wellness” est sorti chez Mom+Pop le 11 juin 2021.

<iframe style="border: 0; width: 100%; height: 120px;" src="https://bandcamp.com/EmbeddedPlayer/album=2964950968/size=large/bgcol=ffffff/linkcol=0687f5/tracklist=false/artwork=small/transparent=true/" seamless><a href="https://sleaterkinney.bandcamp.com/album/path-of-wellness">Path of Wellness by Sleater-Kinney</a></iframe>

Path of Wellness

High in the grass

Worry with you

Method

Shadow Town

Favourite Neighbor

Tomorrow’s grave

No Knives

Complex female characters

Down the line

Bring Mercy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.