Loading...
Disques

Low – HEY WHAT

En 2018, et après un quart de siècle d’une formidable discographie sans écueil, Low réussissait un véritable tour de force. Avec “Double Negative”, une œuvre radicale et abstraite, le groupe brouillait les pistes autant que le son, épaulé par le producteur BJ Burton. D’un revers de la main, il balayait ce qu’il avait mis 25 ans à construire, embrassant de nouveaux horizons tout en pointant leurs extrêmes. Derrière ce disque, Low retranscrivait son époque, ses dérives, ses incertitudes, son horreur. Une manière de dire que rien ne pouvait plus être comme avant. Ce faisant, en prêcheur de l’apocalypse, le groupe se réinventait et offrait un étonnant chef-œuvre, culminant au sommet de leur catalogue.

Trois ans plus tard, Low revient avec “HEY WHAT” dans la continuité naturelle du virage opéré précédemment, avec toujours cette volonté de repousser les limites et les codes de la musique, sa musique. Utiliser les multiples possibilités des instruments, aller plus loin dans l’expérimentation, sans forcément regarder vers l’avenir, mais plutôt ailleurs. Car l’époque, elle, n’a pas, ou peu, changé, et demain s’écrit au ralenti. Il faut à présent tenter de s’adapter, trouver sa place dans l’éventualité. C’est en quelque sorte ce qu’“HEY WHAT” raconte : le compromis.

Ainsi, si le (désormais) duo Sparhawk/Parker emprunte -une fois encore avec l’aide de BJ Burton- la même palette de couleurs que sur “Double Negative”, il en adoucit les teintes. Le contraste est également réduit. La confrontation du clair-obscur devient ici cohabitation, si bien que les saturations ténébreuses côtoient les harmonies vocales lumineuses, mais ne les aspirent plus. Dans un souci d’équilibre, le groupe amplifie tout : la puissance et la douceur. Dès l’ouverture “White Horses”, le ton est donné. Après une courte introduction à la saturation ondulée, c’est une petite rythmique numérique saccadée qui prend le relais, d’abord timide, mais bientôt appuyée par un son beaucoup plus lourd. Une fois encore, les instruments à la source sont difficilement identifiables ; ne reste qu’un son, un bruit, puis un écho. La saturation enveloppe tout, et finit par disparaitre, ne laissant que le son de base. Le métronome s’emballe et introduit “I Can Wait”, sans qu’on ait eu la sensation de changer de titre.

Car comme sur “Double Négative”, Low soigne les transitions, que ce soit entre ou à l’intérieur des chansons. A l’image du somptueux “Days Like These”, qui s’ouvre sur la superposition des harmonies vocales et des guitares saturées, avant de sombrer dans l’imperceptible. Les voix s’éloignent, et rejoignent ce qu’il reste de la mélodie, devenant alors l’écho d’elles-mêmes – « Again, again, again… ». L’ensemble semble flotter, pour finalement se perdre définitivement jusqu’au silence complet.  Le lâcher prise est total, et le titre illustre à merveille le sentiment d’abandon. Le désir, aussi fort soit-il, ne peut trouver d’interlocuteur ici, et se dissout alors dans le néant, sans vraiment s’éteindre. L’envoutant « Hey » suit la même logique, mais de manière répétée et étendue, sa structure cédant à plusieurs reprises pour caresser les étoiles. Le titre a beau avoisiner les huit minutes, pour un peu on en redemanderait. Le groupe envoie ses messages comme des satellites qui tournent en vain, dans l’attente. C’est dans cette éventualité qu’il sublime le désespoir.

Ce désespoir est omniprésent tout au long de l’album mais se ressent à différents niveaux et rythmes, si bien que même connectées les unes aux autres, les pistes se déploient indépendamment. Seule l’intensité demeure, sans varier. Debout, sur les ruines qu’il dépeint et récrée, le groupe lance un regard perdu, mais pas nécessairement fataliste. Les harmonies claires et douces du couple apportent au contraire un contrepoids inespéré, une sorte de lumière au bout du tunnel, si tant est qu’elle soit atteignable. Là où, sur “Double Negative”,  les voix étaient perdues, malmenées par la déformation sonore, elles ne subissent ici que peu de traitement. Elles planent au dessus du manteau de fumée toxique, apportant une lumière bienvenue, et celle-ci est aveuglante de beauté.

En choisissant la saturation pour décrire un monde à la dérive et une société en chute libre, le groupe a également choisit d’embrasser sa limite, celle du supportable. Mais c’est sans compter le talent de production de BJ Burton, véritable 3e membre, qui, loin de dénaturer l’essence de la musique du groupe, conduit à la rendre viscérale. Son approche est la fois subtile et maximale. Par endroits, les nappes numériques et électriques saturées viennent tout emporter. Mais l’obscurité est temporaire, et la mélodie refait toujours surface. Ailleurs, comme sur les éblouissants « All Night » et « Don’t Walk Away » la vue est même complètement dégagée, et le chant ne semble alors plus lutter contre les éléments. Au contraire, il s’écoule lentement et paisiblement sur des structures aérées et éthérées où règne une mélancolie sans fin. Ces titres, qui ailleurs seraient étranges, sont ici des respirations, des parenthèses éclairées au cœur d’un songe noir.

« It must be wearing off » (« cela doit s’estomper ») entend-on en boucle dans les derniers instants de “The Price You Pay”. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne peut s’appliquer à une telle œuvre, dont l’éclat continuera de briller encore longtemps. En presque trente ans de carrière, la musique de Low n’a jamais été aussi essentielle.

One comment
Répondre à Bilan 2021 – Les tops individuels – POPnews Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.